• Conférences passées saison 2017-2018-P1

    Jeudi 08 février 2018

     

    L'évolution des espèces, mais d'où sort vraiment cette idée ?

    par

    Maxime Hervé,

    Maître de conférences en biologie animale à l'Université de Rennes-1

     

    Conférences passées saison 2017-2018-P1

    Anne Ody (UTL) & Maxime Hervé (Conférencier)

    Crédit photo : Catherine Lafortune

          Les espèces évoluent, c'est un fait mais il faut bien avouer qu'il n'est pas facilement observable dans la vie courante si l'on n'est pas spécialiste. Une des manières de comprendre pourquoi les chercheurs sont si catégoriques est de retracer l'histoire de la construction de la théorie de l'évolution, qui a vu s'affronter de très grands savants, parfois violemment et dans laquelle il est caricatural d'opposer les bons et les méchants. C'est cette histoire que nous vous proposons de revivre en se focalisant sur deux questions simples : les espèces évoluent-elles ? (un débat clos depuis plus d'un siècle), et comment ? (Une question partiellement tranchée à ce jour).

    Biographie :

          Après un parcours scientifique (médecine, biologie), Maxime Hervé a obtenu un Master d’écologie à Rennes 1 où il a ensuite réalisé une thèse en écologie chimique des interactions plantes – insectes. Plus précisément il étudiait les molécules produites par les plantes qui influencent leurs interactions avec les insectes (comme les odeurs qu'elles émettent et qui les attirent). L’insecte étudié était un ravageur du colza.

        Puis, dans un laboratoire de l'Université de Berne en Suisse, il a continué ses recherches sur les larves du hanneton, des ravageurs de culture très généralistes.

         En 2016, il été recruté comme Maître de Conférences à l'Université de Rennes 1, et il est revenu dans le laboratoire où il a réalisé sa thèse. Aujourd’hui, il enseigne la biologie animale, et continue toujours ses recherches sur la même thématique, avec des aspects très fondamentaux et d'autres très appliqués à l'Institut de Génétique, Environnement et Protection des Plantes de Rennes.

         Maxime Hervé a également co-écrit avec son collègue Denis Poinsot 2 ouvrages intitulés( Éditions Apogée) :

    • L'évolution des espèces - 1. Les preuves
    • L'évolution des espèces - 2. Les mécanismes

     Et son site :   www.maximeherve.com

     

    Conférences passées saison 2017-2018-P1

     


     

       Jeudi 01 février 2018

     

    La loi et le règlement en France

    par 

    Yves Avril,

     Ancien bâtonnier du Barreau de Saint-Brieuc

    Conférences passées saison 2017-2018-P1

    Marie-France Morvan (UTL) et Yves Avril (Conférencier)

    Crédit photo : A. Ody 

        Issus des principes du  XVIII è siècle, des idées nouvelles, les régimes politiques français s’inspirent souvent de Montesquieu. Ils revendiquent, lorsqu’ils sont démocratiques, le principe de la séparation des pouvoirs : le pouvoir législatif, le pouvoir exécutif et le pouvoir judiciaire.

    Émanation du peuple, La loi s’établit par des mécanismes complexes que l’on va essayer de rendre compréhensibles. Pour l’application de la loi, l’on s’adresse au gouvernement, qui établit le règlement. L’ensemble est interprété par le pouvoir judiciaire.

    L’exposé se fera en contemplation de la Constitution de la V è République, promulguée en 1958 et permettra de mieux comprendre notre démocratie.

     

    Biographie

    Yves Avril est né à Pontrieux (Côtes d’Armor) dans une famille de juristes. Il a exercé son activité d’avocat au Barreau de Saint-Brieuc pendant quarante ans et a été Bâtonnier de l’ordre.

    Actuellement il poursuit son activité dans des publications et des enseignements sur la déontologie et la profession d’avocat dont on trouve la relation sur son site www.yvesavril.com

    Pour le compte de la Conférence Nationale des Bâtonniers Yves Avril effectue régulièrement des missions de défense des avocats turcs poursuivis à Istanbul en raison de leur activité professionnelle.

     

    Conférences passées saison 2017-2018-P1
     


     

      Jeudi 25 janvier 2018

     

    La chute du mur de Berlin vue de l’Est

    par 

    Saskia Hellmund,

     Historienne et écrivaine

     Conférences passées saison 2017-2018-P1

     Crédit photo : A. Ody 

       Saskia Hellmund, historienne diplômée d’une thèse franco-allemande et originaire de la RDA, fera participer l’audience en direct et nous parlera de cet événement d’envergure mondiale.

    Les manifestations contre le régime est-allemand, les dangers, les incertitudes, les bouleversements pour la population, les conséquences de la réunification pour l’Allemagne de l’Est… l’analyse des faits historiques dévoilera une autre vision de la fin de la Guerre froide, jusqu’alors inconnue en France.

    La Chute du Mur a été un moment de grande émotion, mais également un choc pour les Allemands de l’Est. Devoir s’adapter du jour au lendemain à une autre façon de vivre, à d’autres valeurs et exigences, faire face aux fléaux de la société actuelle comme l’insécurité et le chômage : la nouvelle liberté acquise a eu une face cachée. Perdre son pays, ses habitudes et voir dévaloriser ses origines ont été des expériences traumatisantes.

    De plus, l’expérience est-allemande offre de nombreux parallèles avec le vécu identitaire breton.

    Biographie

    Saskia Hellmund est auteure de deux livres : « La fille qui venait d’un pays disparu – la chute du mur de Berlin vue de l’Est», 2015, et « Pays perdu, pays choisi », 2017.

    Saskia Hellmund est née en 1974 en RDA. Elle a 15 ans quand les manifestants envahissent les rues de Leipzig et de Berlin pour faire tomber le régime socialiste. Elle a 16 ans quand la réunification des deux Allemagnes est scellée. Alors, son pays natal n’existe plus, elle n’a plus de patrie.

    Dans son récit autobiographique “La fille qui venait d’un pays disparu – la chute du mur de Berlin vue de l’Est ”, Saskia Hellmund témoigne de cette époque trouble qui a forgé sa personnalité. Elle décrit son vécu et livre en même temps une analyse des événements historiques qui ont changé le coeur de l’Europe il y a tout juste 25 ans. Les manifestations contre le régime est-allemand, les dangers, les incertitudes, les bouleversements pour la population, les conséquences de la réunification pour l’Allemagne de l’Est… l’analyse des faits historiques dévoile une autre vision de la fin de la Guerre froide, jusqu’alors inconnue en France.

     

    Conférences passées saison 2017-2018-P1

     


     

     Jeudi 11 janvier 2018

     

    Loups ordinaires et loups extraordinaires,

     loups populaires et loups littéraires

    par 

    François de Beaulieu

     Naturaliste, Historien

    Conférences passées saison 2017-2018-P1

    François de Beaulieu (Conférencier) & Jean Glasser (UTL)

         Crédit Photo: A. Ody

         « Quand on parle du loup, on voit sa queue ». Oui, mais de quel loup parle-t-on ? De celui qui vivait dans les landes de Bretagne jusqu’à la fin du XIXe siècle et de celui qui s’est réinstallé en France depuis 1992 ? Du loup du Petit Chaperon Rouge et de celui des Fables de La Fontaine ?

    Du loup-garou ou du loup qui accompagne sagement saint Hervé ? C’est en croisant les sources écrites et les traces qu’en a gardé la mémoire populaire qu’il est possible de s’y retrouver dans cette étrange ménagerie et même de savoir pourquoi  «Quand on parle du loup, on voit sa queue».

     

    Biographie

    François de Beaulieu a suivi des études en littérature et en ethnologie. Il a enseigné du collège à l’université et publié une soixantaine d’ouvrages et de nombreux articles essentiellement consacrés au patrimoine naturel et culturel de la Bretagne. Parmi ses publications des dernières années, on peut noter :

    • « Quand on parle du loup en Bretagne » (2004, épuisé),
    • « Dictionnaire de la nature en Bretagne » (2011),
    • « La Mémoire des landes de Bretagne » (2014),
    • « Vacances en Bretagne – 1815-1965 » (2017).

     

    Et son site :  www.francoisdebeaulieu.fr

     


     

     Jeudi 7 décembre 2017

     

    La Géolocalisation

    par 

    Jean-Paul Cornec,

     Président du Club d’Astronomie du Trégor

    Conférences passées saison 2017-2018-P1

     Monique Kubiak (UTL) & Jean-Paul Cornec (Conférencier)

         Crédit Photo: A. Ody

          Les vingt dernières années ont vu la mise en place de plusieurs constellations de satellites de navigation, GPS d’abord, puis Glonass et à l’heure actuelle Galileo, Beidou et IRNSS ; ainsi que le développement des réseaux de téléphonie avec en particulier l’apparition des smartphones.

          Ces systèmes ont contribué à développer, populariser mais surtout faciliter une démarche ancestrale de l’humanité : se situer à la surface de la Terre et aussi s’assurer que la route suivie est la bonne.

           La géolocalisation, à l’origine cantonnée aux domaines maritime ou aérien, intervient désormais dans des secteurs de plus en plus nombreux de la société civile : agriculture, sauvetage, science, économie (suivi de véhicules), circulation, suivi de personnes, activités extérieures (géocaching, Pokemon Go). Chaque jour apporte une nouvelle application. Les perspectives de développement sont immenses.

           Nous aborderons les aspects historiques, techniques (avec les mains!), juridiques, les développements actuels, l’impact sur la société à court et long terme, et présenterons quelques domaines d’applications où la localisation intervient et interviendra sûrement sur le globe terrestre …et plus loin.

                Jean-Paul Cornec, ancien ingénieur à France Télécom, est président du Club d’Astronomie du Trégor.

      


     

     Jeudi 23 novembre 2017

     

    Le Marin, la Montre et l'Observatoire

     par 

     Olivier Sauzereau,

     Astro-photographe professionnel

    Conférences passées saison 2017-2018-P1

     Marielle Momal (UTL) & Olivier Sauzereau (conférencier)

    Crédit photo : C. Lafortune

     

          Le navigateur d’aujourd’hui, avec ses GPS et autres instruments modernes de navigation, ne peut que difficilement imaginer les conditions dans lesquelles se trouvaient ses ancêtres pour connaître une direction et une position sur la mer. L’observation des étoiles, de la Lune et du Soleil est très naturellement devenue une pratique évidente pour les navigateurs dès l’Antiquité. Progressivement, au fil des siècles, les savants vont développer avec un raffinement exceptionnel des astrolabes, nocturlabes et autres outils d’observations astronomiques dont la maîtrise permet au marin de connaître la latitude et l’heure locale. En revanche, la détermination de la longitude reste impossible en mer durant des siècles. En Angleterre, mais aussi en France, des prix d’une valeur considérable sont promis au découvreur d’un procédé pour résoudre le secret des longitudes. La question semble pourtant a priori simple et se résume ainsi : Dis-moi l’heure qu’il est dans ton observatoire, et je te dirai où je suis sur l’océan !

     

    Biographie :

    Olivier Sauzereau est photographe professionnel spécialisé dans la prise de vue des phénomènes astronomiques. Depuis plus de 20 ans, il parcourt le monde pour photographier des moments exceptionnels où notre planète et l’Univers créent de véritables paysages cosmiques. D’un simple lever de lune sur le Mont St Michel, ou d’une remarquable éclipse totale de soleil dans les plaines de Sibérie, ses prises de vues ont entrainé Olivier Sauzereau de la Finlande à Ténérife, du Haut Atlas marocains aux monts Taurus en Turquie, jusqu’au cœur de l’Indonésie.

      Parallèlement à son activité d’astrophotographe, Olivier Sauzereau travaille depuis 1984 dans les métiers de la vulgarisation scientifique, il est docteur en histoire des sciences et chercheur associé au centre François Viète de l’université de Nantes.

      Enfin, il travaille depuis plus de 10 ans sur l’œuvre de Jules Verne. Il est l’auteur du film documentaire « Jules Verne et la mer » dont le tournage a été réalisé sur le Bélem avec l’acteur Bernard Giraudeau. Entre 2002 et 2005, il a dirigé aux Editions Actes Sud la collection « Les mondes connus et inconnus » avec la ré-édition de 8 romans méconnus de Jules Verne.

     Olivier Sauzereau est aussi spécialiste des observatoires de la marine aux XVIIIe et XIXe siècles.

     

    Bibliographie :

    Les contributions de Olivier Sauzereau :

    • L’Oeil de l'astronome, illustrations de Yves Besnier  - Belin
    • Voyage vers le Soleil noir  - Belin
    • Les mondes connus et inconnus, LE MONDE ILLUSTRE DE JULES VERNE  - Actes Sud
    • C'Est Comment Un Observatoire ?  Olivier Sauzereau, Michel Backès - Belin
    • Nantes Au Temps De Ses Observatoires  - Coiffard libraire éditeur
    • La Boussole Le Nord Et L'Aimant  - Actes Sud
    • Un Grand Livre Lumineux : Le C  - Gulf Stream
    • Astrophotographe / carnet de voyage, carnet de voyage  - Actes Sud
    • Les étranges lunettes de Monsieur Huette  - Actes Sud
    •  L'astronomie en 36 questions  - le Temps apprivoisé

      


     

    Jeudi 16 novembre 2017

     

    Fractures - coutures territoriales

     par 

    Laurent Davezies,

    Economiste et Professeur au CNAM 

    Conférences passées saison 2017-2018-P1

    Laurent Davezies (Conférencier) & Jean Glasser (UTL)

    Crédit Photo : C. Lafortune
     

        On nous parle aujourd’hui de la rupture entre les métropoles et les autres territoires, laissés pour compte voir « abandonnés ». On examinera ces questions en exposant les tendances territoriales actuelles dans le pays et les mécanismes à l’œuvre, du côté de la fracture, mais aussi de la couture entre les territoires.

     

    Biographie :

    Laurent Davezies est professeur au CNAM, titulaire de la chaire « Economie et développement des territoires » depuis 2011. Il était auparavant, et depuis 1993, professeur à l’Université Paris-Val de Marne, (en poste à l’Institut d’Urbanisme de Paris) et il a enseigné une dizaine d’années à Sciences Po Paris (cours d’économie urbaine dans le master STU). Ses travaux de recherche ont porté essentiellement sur les politiques régionales, les politiques urbaines et de développement économique local ainsi que sur les dimensions territoriales des politiques financières publiques, aussi bien en France, dans les pays industriels que les pays en développement. Il a publié de nombreux ouvrages et articles sur ces sujets.

    Et quelques liens pour en savoir plus sur Laurent Davezies :

     

     


     

    Jeudi 19 octobre 2017

     

    La passion des phares

     par 

    Vincent Guigueno,

    Conservateur en chef du Patrimoine, Musée de la Marine

    Conférences passées saison 2017-2018-P1

    Crédit Photo : C. Lafortune

    Au tournant des années 2000, alors que les derniers gardiens quittent les tours en mer de l'Iroise, les phares deviennent un "problème" patrimonial : comment conserver et transmettre ce patrimoine dont l'aura a dépassé la communauté maritime? La conférence permet de comprendre comment s'est construit le réseau des phares de France, aujourd'hui en voie de "patrimonialisation" et de reconversion vers de nouveaux usages.


     

    Biographie :

    Après des études en école polytechnique, Vincent Guigueno devient ingénieur civil des Ponts et chaussée puis change d'orientation en 1995 pour un doctorat en histoire avec comme thèse « le service des phares ». Il est également enseignant chercheur dans le laboratoire Techniques, Territoires et Sociétés. De 2006 à 2008 il devient chercheur associé à l’École française de Rome (Institut français de recherche en histoire, en archéologie et en sciences humaines et sociales).

    Vincent Guigueno est aujourd'hui conservateur du patrimoine et historien. Il travaille actuellement au Musée national de la Marine , après avoir été chargé du patrimoine des phares au ministère de l'Ecologie (2009-2015). Il est l'auteur de nombreux ouvrages sur l'histoire des phares français.

    Plus d'infos sur le site : https://fr.wikipedia.org/wiki/Vincent_Guigueno

     

    Quelques livres

    • Le phare Amédée, avec Valérie Vattier, Musée de l’histoire maritime de Nouvelle-Calédonie, 2010
    • L’historien et le film, avec Christian Delage, Paris, Gallimard (« Folio histoire »), 2004
    • Au service des phares. La Signalisation maritime en France, XIXe-XXe siècle, Presses universitaires de Rennes, 2001 (mention spéciale du jury au Festival du livre maritime, Concarneau 2001).
    • Les phares : Gardiens des côtes de France, Gallimard, coll. « Découvertes Gallimard » (no 580), 2012.

     

    Et quelques photos sur le site http://www.bibliothequedesphares.fr/ ,

    La Bibliothèque des Phares étant un site de référence dédié à la connaissance des phares français et étrangers.

    Conférences passées saison 2017-2018-P1

     Crédit Photo : C. Lafortune

     


     

    Jeudi 5 octobre 2017

     Le pain, levure et levains

     par 

    Henri Gaubert,  Ingénieur biologiste

    Conférences passées saison 2017-2018-P1

    Crédit Photo: Catherine Lafortune

       A travers cette conférence, Henri Gaubert, membre du CA de l'UTL de Tréguier,  a présenté aux adhérents de l'association un aspect méconnu de l'action majeure des levures, levains et enzymes au cours de la fermentation panaire.

    Il a évoqué également le rôle du gluten et a conclu sa conférence sur les critères principaux d'un bon pain.

     

    Biographie :

    Biologiste spécialisé en Nutrition et Alimentation, Henri Gaubert a passé toute sa carrière (38 ans) dans une multi nationale Hollandaise implantée dans le monde entier, leader mondial des cultures industrielles de micro organismes et des biotechnologies, composée de 3 grandes divisions:

    • Antibiotiques,

    • Enzymes

    • Levures.

    Rattaché à la division «Levures», Henri Gaubert a exercé la direction technique successivement de 3 des 12 levureries du groupe.

    Cette fonction en plus de la gestion technique des unités de production et de la formation du personnel, implique de mettre en adéquation les courbes de croissance des cultures industrielles de levure et les besoins des entreprises et des artisans de la panification.

     

    Conférences passées saison 2017-2018-P1

    Crédit Photo: Catherine Lafortune

    Retour Rubrique Conférences